Crédit photo : Flickr(Groume)

Au troisième trimestre, l’Île-de-France se présente comme le moteur de l’emploi : la région a créée +13 000 postes sur le trimestre, contre +11 400 au niveau national. Ces créations se retrouvent en grande partie dans le tertiaire. Les effectifs du commerce sont en hausse de +0,2% vs T2 2016 (+1 355 postes) alors qu’ils se stabilisent au niveau national (+0,0% vs T2). Les services supérieurs continuent de recruter dans la région : les activités juridiques / de conseil / d’ingénierie ont créé +3 190 postes au troisième trimestre, et cumulent une hausse de +2,3% sur 12 mois. L’emploi dans les activités informatiques a progressé de +1,0% vs T2 2016 (+1 885 postes) et présente une hausse de +3,6% sur 12 mois. Enfin, l’édition et audiovisuel crée a nouveau des emplois (+1 048 postes / +0,8% vs T2 2016) après deux trimestres de repli. L’intérim reste également dynamique (+1,1% vs T2 2016 / +8,5% sur 12 mois), et le BTP repart à la hausse (+0,6% vs T2 après -0,4% vs T1).
Un boom des autorisations de logements s’observe dans certains départements d’Île-de-France au troisième trimestre 2016. C’est le cas dans l’Essonne (+51,8% vs T3 2015), les Hauts-de-Seine (+125,6%), en Seine-Saint-Denis (+117,6%) et dans le Val-d’Oise (+108,2%). Le projet du Grand Paris amène les promoteurs à investir dans les communes qui seront bien intégrées à la future agglomération, en particulier les zones qui seront desservies par le projet du Grand Paris Express. Ainsi, la surface des logements autorisés explose à Antony (92), notamment pour les logements collectifs (+623,0% vs T3 2015 / 37 038 m² en cumul trimestriel), et à Bagneux (92) (+218,0% /18 580m²). Même constat pour les communes d’Aubervilliers (93) et Romainville (93) en Seine-Saint-Denis : la surface des logements collectifs autorisés se fixe à respectivement 26 695 m² et 40 973 m² en cumul trimestriel.
L’activité touristique en Île-de-France ne semble pas repartir au T3, et les nuitées hôtelières sont toujours en baisse par rapport à 2015 (-13,9% vs T3 2015 / -4,1% en moyenne nationale). Le taux d’occupation des établissements de la région recule de -10,3 points par rapport à la même période de 2015 (67,1% au T3 2016 contre 77,4% au T3 2015). La fréquentation baisse plus rapidement qu’en moyenne nationale (-13,9% vs T3 2016 / -4,1% en moyenne nationale), pénalisée par le recul de la fréquentation étrangère (-17,7% vs T3 2015 pour les nuitées). D’après le pré-bilan 2016 du CRT Île-de-France, les principales clientèles internationales sont en repli sur les dix premiers mois de l’année. La fréquentation japonaise est en diminution de -44,7% (vs même période en 2015), la clientèle russe de -32,7% et la clientèle italienne de -34,8%. En 2016, le poids du tourisme d’affaire a fortement progressé et représente en moyenne 43,9% des nuitées au T3 2016 (contre 24,4% au T3 2016 / CRT Île-de-France).

 

Pour connaitre les tendances locales en Île-de-France, téléchargez le dossier complet ! 

Analyses départementales à retrouver dans ce document :

– Paris (75), En bonne forme
– Seine-et-Marne (77), Timide reprise ?
– Yvelines (78), Les difficultés s’accentuent
– Essonne (91), La tendance se confirme
– Hauts-de-Seine (92), Boom dans la construction
– Seine-Saint-Denis (93), De bonne performances
– Val-de-Marne (94), Quasi tous les voyants sont au vert
– Val-d’Oise (95), Un trimestre plutôt stable