grand-est

Crédit photo : Flickr(Cédric Puisney)

L’emploi se stabilise au second trimestre dans la région Grand-Est (-0,0% vs T1 2016). L’industrie réduit à nouveau ses effectifs (-0,4% vs T1 2016 / -1,6% sur 12 mois), et l’intérim chute dans la plupart des départements (-3,3% vs T1 2016). Toutefois, des dynamiques différentes s’observent en fonction des secteurs. Si la métallurgie reste fragile au second trimestre, l’agroalimentaire progresse et l’industrie automobilese stabilise à un bon niveau. Face à la hausse de le demande nationale et étrangère, l’agroalimentaire embauche (+0,9% vs T1 2016). Laproduction de champagne progresse dans la Marne, et les ventes à l’étranger se développent (exportations en hausse de +11,4% sur 12 mois). La bonne tenue de l’industrie automobile se retrouve dans le Haut-Rhin : l’emploi industriel baisse de -0,3% vs T1 2016, mais l’intérim continue de progresser (+3,0%). L’emploi repart à Mulhouse (68) (+0,5% vs T1 2016), et l’intérim alimente l’industrie automobile (PSA). La zone d’emploi de Colmar (68) signe également un bon trimestre (+1,1% vs T1 2016 / +1,6% sur 12 mois). A l’inverse, les Ardennes et la Haute-Marne souffrent des difficultés de la métallurgie (le secteur emploie respectivement 49% et 47% des effectifs industriel du département). À Deville (08), la fonderie Collignon licencie, faute de repreneur.
Le Bas-Rhin reste dans une bonne dynamique au second trimestre (+0,2% vs T1 2016 / +1,0% sur 12 mois), maintenue par le tertiaire. L’hôtellerie – restauration embauche (+1,1% vs T1 2016), et les Autres services aussi (+0,3%). Strasbourg (67) illustre le dynamisme des activités de services (+0,4% vs T1 2016 / +1,7% sur 12 mois), avec entre autre l’ouverture d’un Starbucks au mois d’avril. Mais la ville montre également un bon dynamisme sur le marché de la construction, avec le projet du Quartier d’Affaires International du Wacken qui comprendra des bureaux, des commerces, mais également des logements collectifs (autorisations en hausse de +251,1% vs T2 2015 sur le département).
Les départements de Lorraine présentent plus de difficultés au deuxième trimestre. La Moselle (18% des emplois de la région)  ne parvient toujours pas à redresser la barre et perd à nouveau des emplois (-0,5% vs T1 2016 / -1276 postes). La zone d’emploi de Metz (57), jusqu’alors dynamique, voit ses effectifs reculer de -0,5% au T2. la Meurthe-et-Moselle et Nancy (54) ne font guère mieux (respectivement -0,2% et -0,3% vs T1 2016). De façon générale, les quatre départements lorrains souffrent de la baisse de l’emploi dans la logistique (-0,5% vs T1 2016), et le tertiaire supérieur manque de dynamisme (+0,1% pour les activités juridiques / de conseil / d’ingénierie, -0,6% pour les activités financières et d’assurance). Le commerce est en repli dans le Meuse(-1,8% vs T1 2016) et la Moselle (-0,3%), mais progresse en Meurthe-et-Moselle (+1,9%). La zone d’emploi de Longwy (54) profite de l’effet frontalier pour le développement du commerce (effectifs en hausse de +0,9% vs T1 2016). Et la zone devrait continuer de progresser, avec l’ouverture d’un nouveau centre commercial à la frontière franco-belge d’ici la fin d’année.

 

161124-couv-grand-est
Pour connaitre les tendances locales dans la région Grand-Est, téléchargez le dossier complet !

Analyses départementales à retrouver dans ce document :

– Ardennes (08), Nouvelles dificultés
– Aube (10), Encore fragile
– Marne (51), Un trimestre satisfaisant
– Haute-Marne (52), Au plus bas
– Meurthe-et-Moselle (54), Léger repli
– Meuse (55), Nouveaux progrès
– Moselle (57), Retour dans le rouge
– Bas-Rhin (67), Bonne dynamique
– Haut-Rhin (68), Reprise de l’emploi
– Vosges (88), Horizon dégagé ?