Crédit photo (Unsplash)

L’emploi se stabilise au troisième trimestre en Bourgogne – Franche-Comté (-0,0% vs T2 2016) grâce à la reprise de l’intérim (+3,0% vs T2 2016 / +970 postes). Près de 64% des effectifs intérimaires de la région sont affectés à l’industrie (source : Prism’emploi, données à fin septembre), soit une hausse de +1,8% vs septembre 2015. La logistique et les services augmentent fortement leur recours à l’intérim (respectivement +32,9% et +13,3% vs septembre 2015). Au troisième trimestre, tous les départements profitent de cette tenue de l’intérim, mis à part la Haute-Saône qui voit ses effectifs intérimaires diminuer de -0,8% vs T2 2016 (-21 salariés). En revanche, la contribution de l’intérim est particulièrement importante sur le Territoire de Belfort : sur les 242 emplois créés au troisième trimestre (vs T2 2016), 220 sont des contrats intérimaires. Dans le Doubs, l’intérim parvient à limiter les pertes d’effectifs (+343 postes dans l’intérim vs T2 2016/ -381 emplois au total). En Côte-d’Or, l’intérim et les Autres services sont les seuls secteurs créateurs d’emploi (+188 salariés vs T2 2016 / +236 dans l’intérim). Dans l’Yonne et la Saône-et-Loire, les effectifs intérimaires se stabilisent (respectivement +31 et +17 postes vs T2 2016).
Le salaire moyen par tête reste stable au troisième trimestre en Bourgogne – Franche-Comté (-0,0% vs T2 2016) et gagne +1,0% sur 12 mois (+1,2% en moyenne nationale). Les principales zones d’emploi de la région affichent une progression du salaire moyen par tête inférieure à la moyenne nationale. Belfort – Montbéliard – Héricourt,Auxerre (89) et Vesoul (70) présentent une hausse de +0,5% sur 12 mois et le Creusot – Montceau (71) enregistre même une contraction du salaire moyen par tête (-0,1% sur 12 mois). Dijon (21), Besançon (25) et Saint-Claude (39) voient leur salaire mensuel par tête évoluer au rythme national (+1,3%, +1,2% et +1,3% sur 12 mois). En revanche,Sens (89), Dole (39), Pontarlier (25) et Louhans (71) sont les zones où le salaire moyen par tête progresse le plus rapidement (respectivement +1,6%, +2,1%, +2,5% et +2,5% sur 12 mois).
Le nombre de demandeurs d’emploi progresse de +4,4% vs T2 2016 en Bourgogne-Franche-Comté, mais reste en baisse sur 12 mois (-0,6%).  En revanche, les offres d’emplois durables collectées semblent s’essouffler (+0,7% vs T3 2015). Et même les offres non durables se contractent (-14,2% vs T3 2016). Sur 12 mois, le nombre total d’offres collectées progresse moins rapidement que le trimestre précédent (+8,1% après +11,6% au second trimestre). Cette baisse de régime dans la collecte des offres d’emplois peut annoncer un retour à la hausse du nombre de demandeurs d’emploi. En particulier, la Saône-et-Loire, l’Yonne et le Territoire de Belfort affichent une baisse des offres d’emplois collectées au troisième trimestre (respectivement -21,5%, -24,2% et-16,7% vs T3 2015).

 

Pour connaitre les tendances locales en Bourgogne-Franche-Comté, téléchargez le dossier complet ! 

Analyses départementales à retrouver dans ce document :

– Côte-d’Or (21), Du mieux au troisième trimestre
– Doubs (25), L’intérim limite la casse
– Jura (39), Bonne tenue dans les services
– Nièvre (58), Toujours fragile
– Haute-Saône (70), Retour dans le rouge
– Saône-et-Loire (71), Timide amélioration
– Yonne (89), Aucune amélioration
– Territoire de Belfort (90), Sursaut de l’emploi