inauguration-station-f-decoster-et-g-delbar_opt

Le 21 septembre dernier, à Paris, Parcours France réunissait collectivités locales et médias nationaux autour d’une thématique qui fera également la une de son Salon, le 11 octobre : «Territoires de croissance». Ce workshop presse a permis à 7 territoires d’exposer devant la presse les stratégies déployées et les leviers actionnés pour créer ou entretenir localement une croissance soutenue, dans un contexte national et mondial peu porteur et versatile. Parce qu’avant d’être un chiffre abstrait, la croissance économique est le fruit d’initiatives et d’idées, d’innovations et d’investissements, d’une dynamique et d’un écosystème mobilisant entrepreneurs, acteurs publics,  organismes professionnels, enseignement et formation…Si la croissance ne se décrète pas, elle peut être détectée, stimulée, orchestrée et accompagnée.

La preuve par Saint-Omer : Président de la communauté d’agglomération et maire de Saint-Omer, François Decoster nous explique comment son territoire investit dans une croissance tout-terrain.

Comment créer une croissance locale quand le contexte national/global est peu ou moyennement dynamique ?

François Decoster, président de la communauté d’agglomération et maire de Saint-Omer

Pour créer une croissance locale, il faut avoir une culture du mouvement. Ce que les investisseurs attendent des territoires, c’est un accompagnement rapide, efficace et adapté. Avec chaque investisseur, nous fonctionnons en mode projet afin de lui apporter le plus rapidement possible l’ensemble des services dont il a besoin.

Je fais toujours en sorte de prévoir un échéancier et de m’y tenir. Si vous veniez dans mon bureau, vous constateriez qu’on ne voit plus la couleur des murs tant ils sont couverts de rétro-plannings.  Je m’y réfère régulièrement en réunion et si les dates évoquées ne correspondent pas avec celles affichées au mur, ça ne se passe pas très bien.

Cet accompagnement des porteurs de projet est essentiel, car je pense que les territoires ont un rôle majeur à jouer dans la création d’une croissance locale. À nous donc de cultiver l’esprit de conquête, d’encourager les initiatives et de donner le goût de la création : qu’il s’agisse d’une entreprise, d’un commerce, du lancement d’un festival culturel ou de la mise en place d’une fête de quartier. Dès que nos concitoyens sentent que l’on offre des espaces de liberté, de création, ils s’en emparent. C’est comme ça que l’on crée de la richesse, et du bonheur aussi ! Et c’est tout ce que nous faisons à Saint-Omer !

La culture est par exemple très importante comme vecteur d’épanouissement de notre communauté. Nous sommes très fier de notre conservatoire d’agglomération, réalisé en un an, et le plus important de France au nord de Paris. Il compte aujourd’hui 2 400 élèves (pour 72 000 habitants), une densité d’apprenants que l’on ne retrouve nulle part ailleurs.  Ils y apprennent la musique certes mais aussi la volonté de se dépasser, dans un ensemble et individuellement, chose essentielle pour notre territoire.

«En 18 mois, le chômage a baissé de 9% à Saint-Omer. Et il a diminué de 24% pour les jeunes de moins de 25 ans» – François Decoster, président de la communauté d’agglomération et maire de Saint-Omer

Quels sont les leviers actionnés par votre territoire pour créer cette croissance «endogène» ? Les résultats obtenus ?

Le choc de simplification est l’un des leviers majeurs à actionner. À Saint-Omer, nous avons, dans cette optique, créé la Maison du développement économique qui regroupe les différentes instances dédiées à la création d’entreprise : chambre consulaire, chambre des métiers, etc. Les lourdeurs administratives freinent la création d’entreprise. En rassemblant tous ces organismes dans une même maison, nous souhaitons simplifier le parcours du porteur de projet, de l’investisseur.

Et ce choc de simplification, valable également  pour les délais administratifs, porte ses fruits. En 18 mois, le chômage a baissé de 9% à Saint-Omer. Et il a diminué de 24% pour les jeunes de moins de 25 ans.

Quels sont les axes de croissance privilégiés par votre territoire ? Les projets locaux qui vous semblent aujourd’hui les plus porteurs ?

Implantée à Saint-Omer, l’entreprise Arc International, leader mondial des arts de la table, représente 5 000 emplois. Elle est aujourd’hui entrée en phase de consolidation. L’entreprise a cessé d’embaucher au tournant des années 2000 et 22 % de ses salariés partiront à la retraite dans les prochaines années. Or, ils sont les détenteurs d’un savoir-faire précieux. L’urgence, aujourd’hui, c’est de conserver ce savoir-faire. Arc International est représentatif de la situation car Saint-Omer, c’est un tiers d’emplois industriels dont le savoir-faire a été transmis de génération en génération. Cette question nous touche donc particulièrement, et c’est pourquoi nous accompagnons l’entreprise sur le recrutement d’apprentis, sur l’accueil de nouveaux salariés…

«À nous de cultiver l’esprit de conquête, d’encourager les initiatives et de donner le goût de la création : qu’il s’agisse d’une entreprise, d’un commerce, du lancement d’un festival culturel ou de la mise en place d’une fête de quartier» –  François Decoster, président de la communauté d’agglomération et maire de Saint-Omer

Nous sommes également très proactifs dans l’accompagnement des PME qui souhaitent s’installer sur notre territoire. En particulier sur le volet foncier, qui constitue bien souvent un frein pour les petites structures. Dans ce but, nous avons mis en place une vraie stratégie de coopération transfrontalière avec la région flamande. Cette démarche s’inscrit également dans la volonté de faire connaître notre territoire au-delà des frontières.

Enfin, nous sommes bien conscients que la question du cadre de vie est essentielle pour faire venir des cadres. C’est pourquoi nous portons une attention particulière à notre offre éducative -déjà très développée- et à notre offre culturelle. La politique d’habitat n’est pas en reste et nous avons lancé un important projet de réhabilitation du bâti ancien dans le cœur de ville, qui bénéficie de l’appellation «secteur sauvegardé» et se trouve donc en capacité d’attirer massivement des investisseurs, grâce à des outils de défiscalisation.

Quels sont à votre avis les 3 facteurs essentiels à réunir pour entretenir une croissance durable sur son territoire ?

En premier lieu, je dirais une coordination permanente et rapide des décisions qui touchent à la création d’entreprise; ensuite, une vraie énergie manifeste de toute la conduite de la politique publique, quelque part un esprit start-up, une volonté d’innovation permanente. Enfin, il est important que ces décisions et cette énergie ne soient pas seulement l’apanage des décideurs mais partagées par la population, d’où la consultation en amont de nos concitoyens. Nous avons pour cela créé une véritable démocratie de proximité au travers de nos conseils de quartiers, quand bien même, en tant que ville de moins de 14 000 habitants, nous n’étions pas obligés de le faire.

Découvrez en vidéo l’environnement audomarois

L’interview de François Decoster sur GrandLille.TV